Comment se déroule une séance d’hypnothérapie ?

Comment se déroule une séance d’hypnothérapie ?

Considérée comme une approche thérapeutique par suggestion mentale, l’hypnose libère l’inconscience des fausses croyances. Cet état de conscience modifié ouvre les portes du changement afin de dépasser les limites. Il permet aussi de modifier les perceptions de mal-être et les douleurs ressenties par le sujet. Focus sur le déroulement d’une séance d’hypnose.

La mise en condition : test de suggestibilité et anamnèse

L’anamnèse correspond à la phase d’entretien. Il dure en moyenne 45 minutes selon le travail à accomplir. Au cours de cette conversation thérapeutique, l’hypnothérapeute crée un lien de confiance entre soignant-soigné. Il aide le client à définir ses objectifs et ses attentes grâce à l’hypnose conversationnelle. Il s’agit d’une forme légère d’hypnose qui permet au sujet de lâcher-prise. Cette étape permet aussi de clarifier ses besoins immédiats et à long terme pour atteindre le bien-être.

Cet entretien vise également à mettre en évidence les barrières limitantes et à définir une échelle de réussite pour évaluer la progression du patient. Cette phase fait partie intégrante de l’hypnothérapie. L’anamnèse peut être effectuée à chaque début de session selon les points à traiter durant la thérapie par suggestion.

Avant de débuter une séance d’hypnothérapie, le praticien effectue ce qu’on appelle un test de suggestibilité. L’hypnothérapeute évalue la sensibilité du patient à la suggestion mentale. Chacun a sa manière de réagir à un stimulus donné et donc aux diverses méthodes d’hypnose.

Une thérapie d’hypnose ne comporte pas de risque. Le patient ne peut adopter un comportement qui ne correspond pas à ses valeurs morales. L’expérience vise uniquement l’épanouissement du client en accord avec ses principes.

L’induction hypnotique : l’entrée dans l’état de conscience modifié

La phase d’induction permet d’accéder à l’état de transe. Pour ce faire, l’hypnothérapeute a recours à diverses techniques telles que l’induction classique. Cela concerne les moyens de dissociation, la technique de saturation ou d’absorption.

D’autres processus plus contemporains sont utilisés par le praticien pour activer petit à petit l’état hypnotique. On note la technique de fractionnement, mais aussi les méthodes de passes hypnogènes.

En hypnothérapie, la profondeur de la transe ne définit pas spécifiquement l’issue d’une séance. Cependant, une phase d’approfondissement peut aider le thérapeute à déterminer l’ampleur des troubles.

L’induction favorise un environnement propice à la détente aussi bien mentale que physique. L’hypnothérapeute guide doucement le patient vers la transe par des exercices d’imagination agréable. Le praticien peut recourir à la méthode de focalisation pour induire l’état de conscience modifié. Il demande au patient de se concentrer sur une condition précise telle que sa respiration ou un son particulier.

Il peut mettre du temps avant de se détendre complètement. Certaines résistances mentales entravent possiblement l’accès à l’état d’hyperconcentration. Le rôle de l’hypnothérapeute est de trouver un moyen efficace pour apaiser les filtres conscients et laisser la place à l’inconscience.

Le travail et compte-rendu en hypnothérapie

L’état d’hyperconcentration se définit par un environnement de paix, de sécurité et de bien-être. Le sujet se trouve en harmonie avec lui-même. Au cours d’un état hypnotique, le patient reste conscient de tout ce qui l’entoure. Il entend et peut interagir librement avec l’hypnothérapeute.

Le praticien réalise des suggestions mentales directes ou indirectes sur le patient pour provoquer le changement recherché. Il existe plusieurs outils thérapeutiques qui sont mis à sa disposition pour l’y aider.

  • L’hypnose classique utilise les suggestions directes. Elle est particulièrement efficace contre les troubles phobiques et comportementaux.

  • La nouvelle hypnose combine la programmation neurolinguistique ou méthode PNL, l’hypnose classique et l’hypnothérapie ericksonienne.

  • En ce qui concerne l’hypnose ericksonienne, elle se distingue par son principe de base. Concrètement, elle impose un travail de communication entre la conscience et l’inconscience.

Durant l’état de transe, le patient arrive à se détacher de la pression occasionnée par ses problèmes. L’hypnothérapeute aide l’inconscience du client à réfléchir sur les solutions alternatives. L’hypnothérapie est donc un travail interne. Le patricien ne fait qu’apporter assistance au patient et lui faire découvrir les ressources mentales nécessaires à la vie quotidienne.

L’hypnothérapie se base sur une reconfiguration mentale qui s’effectue petit à petit afin d’instaurer des comportements et des habitudes positives. Une séance dure environ 1 h à 1 h 30. Un résultat concret requiert plusieurs visites chez un hypnothérapeute. L’évolution se fait de manière progressive selon le rythme du patient.

Au terme d’une séance d’hypnose, le professionnel et le patient font une mise au point. Ils discutent des ressentis du client concernant la session et l’étendue du travail qui reste à accomplir. Une thérapie hypnotique doit être espacée de 2 semaines au maximum pour permettre au client d’assimiler les points abordés.